30 mai 2017 – Jacques Berlioz, Pierre Lagrange : « Ovnis et prodiges célestes médiévaux. »


(Montage réalisé à partir des f.100v et 161v du ms. 32 du Musée Condé de la Bibliothèques de Chantilly, « Très Riches Heures du Duc de Berry »)

 

Le mardi 30 mai prochain, l’atelier aura le plaisir d’accueillir Jacques Berlioz (CNRS – CRH) et Pierre Lagrange (EHESS – LIER) dans une séance dirigée par William Blanc et intitulée : « Ovnis et prodiges célestes médiévaux. Ce que la « soucoupisation » des « nefs célestes » de l’évêque Agobard (IXe siècle) peut nous apprendre sur la façon d’aborder certains thèmes anciens ». Ce sera l’occasion d’aborder le cas très étrange des nefs célestes d’Agobard de Lyon et de faire un pont entre histoire médiévale et ufologie !

A noter que la séance se déroulera en salle 1 de 19h à 21h (et non de 18h à 21h comme indiqué sur le site de l’école).

En voici une petite description, en guise d’avant-goût :

N’est-il pas singulier de constater que le personnage d’Agobard (769? – 840 Saintes), archevêque de Lyon (fort singulier) de 816 à 840, doit une bonne partie de son succès actuel au fait que son traité sur la grêle et le tonnerre a fait l’objet de ré-interprétations de la part des ufologues (spécialistes des ovnis)? La traduction de ce traité vient d’être publiée (avec quelques autres) sous la direction de Michel Rubellin aux Sources chrétiennes (Cerf, 2016). Jacques Berlioz, qui a participé à cette traduction, présentera rapidement le personnage et son œuvre.
Pierre Lagrange offrira en sociologue une analyse tant de la réception de l’œuvre et de son influence. En effet, au-delà de la critique des erreurs commises par les ufologues dans l’analyse de ce texte, cette histoire n’est-elle pas susceptible de soulever d’autres questions? Les historiens sont habitués à traiter avec sérieux les textes d’Agobard, ils sont moins tentés par l’idée de prendre au sérieux les interprétations des ufologues. Pourtant du point de vue de l’histoire des savoirs, il peut être aussi intéressant de se pencher avec sérieux sur les ovnis qu’il est intéressant de se pencher avec sérieux sur les nefs d’Agobard. Et le lien qui existe désormais au sein de notre culture commune entre les nefs de Magonie et les ovnis est peut-être susceptible de soulever d’intéressantes questions. De deux façons au moins.
Tout d’abord, de même que l’étude des revenants médiévaux nous contraint à ne pas oublier que l’au-delà n’a pas disparu de notre culture (à travers notamment le thème très populaire des near death experiences), l’ufologie agobardienne n’est-elle pas susceptible de nous permettre, ne serait-ce qu’en creux, d’aborder des questions de méthode par rapport à la façon dont nous traitons les savoirs naturalistes anciens? Agobard traite certes de questions qui relèvent de la religion, mais la grêle et le tonnerre renvoient aussi à la question de la nature et à sa définition-construction collective au IXe siècle ou au XXIe siècle. Pierre Lagrange proposera, à travers la description de la traduction dont Agobard a été l’objet, de soulever quelques questions méthodologiques sur la façon d’aborder les êtres relevant de la religion et ceux qui relèvent de la nature et des savoirs scientifiques afin de voir comment la sociologie et l’histoire des sciences peuvent apporter à l’analyse du monde décrit par Agobard (et par les ufologues).
Ensuite, Pierre Lagrange voudrait notamment proposer d’explorer, dans la foulée de l’idée d’un long Moyen Age avancée par Jacques Le Goff, comment les nefs d’Agobard ont peut-être participé à la construction d’un thème, celui d’un océan aérien habité à sa « surface », qui s’est prolongé jusqu’au milieu du XXe siècle avec les soucoupes volantes, dans le cadre de la science-fiction et dans une partie de l’imaginaire aéronautique/astronautique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *