Théologies vernaculaires, 13 mars 2012

En raison d’une indisponibilité de l’intervenante principale, la séance prévue sur la parenté aristocratique du Moyen Age est annulée. Elle est remplacée par une discussion centrée sur la notion de «théologie vernaculaire». Cette expression inhabituelle suggère que la production théologique n’est peut-être pas seulement réservée aux clercs parlant latin. On en profitera pour déconstruire l’opposition entre culture savante et culture populaire. Plus généralement, pour réfléchir à la question de la production des croyances, on prendra appui sur l’article de Jean-Pierre Albert, «Hérétiques, déviants, bricoleurs. Peut-on être un bon croyant ?», L’Homme, 173, 2005, p. 75-95


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *