Compte-rendu du colloque « Enfermements », 4-6 octobre 2012

Le deuxième colloque international du programme de recherche 2012-2016 Enfermements. Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux s’est tenu du 4 au 6 octobre 2012, organisé par Isabelle Heullant-Donat (professeur à l’Université de Reims), Julie Claustre (maître de conférences à l’Université de Paris 1-Panthéon Sorbonne), Élisabeth Lusset (docteur en Histoire médiévale) et Falk Bretschneider (maître de conférences à l’EHESS). Il s’est déroulé à l’abbaye de Clairvaux, ancienne abbaye cistercienne du XIIe siècle, aujourd’hui prison centrale, et à Troyes, dans la salle de la médiathèque où sont conservés quelques 40 000 imprimés de l’ancienne bibliothèque de l’abbaye. Le colloque a bénéficié du soutien logistique de plusieurs institutions (Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux, LabEx HASTEC, CERHIC-Reims, CEIFR-EHESS, LAMOP-Paris I, CRIA-EHESS, FMSH, AFHJ). La publication des actes est prévue pour 2014. Ayant eu la chance de pouvoir y assister et d’y présenter une communication, je livre ici un compte-rendu qui n’a pas été soumis à l’ensemble des intervenants : les éventuelles erreurs, factuelles ou interprétatives, sont donc uniquement de mon fait.

Le premier colloque « Enfermements. Le cloître et la prison, VIe-XVIIIe siècles », en octobre 2009, avait été organisé autour de trois thèmes : « conceptions et valeurs de l’enfermement », « vivre en milieu clos » et « objectifs et usages sociaux des enfermements ». Il a donné lieu à une publication en 2011 aux Presses de la Sorbonne[1]. La journée d’études de mai 2011, intitulée « Violence et conflits en milieu clos (XIIe-XIXe siècles) », a prolongé la réflexion. Ces différentes manifestations s’insèrent dans un projet pluriannuel dont les prochaines étapes seront : en 2013, une rencontre internationale sur « Enfermements et genre » ; en 2014 un colloque international sur les « Espaces de l’enfermement », doublée d’une exposition sur ce sujet ; et en 2016 une rencontre internationale sur « Enfermements et travail ».

Les organisateurs se proposent de rouvrir le débat initié dans années 1960-1970 par les penseurs des institutions répressives, en particulier Erving Goffman et Michel Foucault. Le premier rangea au nombre des « institutions totales » non seulement les asiles, mais aussi les prisons et toutes les communautés religieuses. Le second fit de la prison contemporaine un avatar du couvent. En rapprochant des objets « totalement disparates moralement » (Howard S. Becker), Foucault et Goffman ont choqué les contemporains, et après l’article de dom Jean Leclercq « Le cloître est-il une prison ? » rappelant l’importance de la vocation, la différence entre enfermement volontaire et enfermement subi, et le fait que le cloître libère le moine grâce à l’affranchissement des contraintes du monde extérieur, le débat tourna court. Le deuxième colloque international consacré aux règles et dérèglements visait à approfondir la compréhension des dispositifs mis en œuvre pour organiser la vie en milieu clos. A l’issue d’une introduction présentant les attendus du programme de recherche et les enjeux scientifiques de la rencontre, les différents intervenants, les présidents de séances et le public ont pu débattre autour de quatre thématiques : la « nature de la règle et des dérèglements », la « mise en texte de la règle et développement réglementaire », la « mise en œuvre de la règle et production de l’obéissance » et enfin les « dérèglements en milieu clos ».

Le compte-rendu détaillé des communications est disponible ici.

Les conclusions du colloque ont été assurées par Dominique Iogna-Prat (Directeur de recherche au CNRS, Directeur d’étude à l’EHESS), qui après avoir rappelé les apports du colloque « Enfermements I » et mis en perspective les problématiques avec les travaux de Michel Foucault et de Giorgio Agamben, a rendu hommage à l’ensemble des contributions et a relevé plusieurs points importants. D’abord, l’arrière-plan institutionnel des milieux clos est décisif : c’est l’institution globalement en charge de la société (Église, État) qui génère le milieu clos. Ensuite, les dispositifs et les moyens mis en œuvre par les règlements de ces lieux d’enfermement sont comparables en ce qui concerne le temps, le travail, les rapports avec l’extérieur, etc. et relèvent du « traitement social de l’intime ». Enfin, le colloque a proposé une sortie du modèle foucaldien en montrant que la dynamique sujet / autorité ne s’effectuait pas à sens unique. Cela tient à un problème structurel (l’incomplétude de la règle qui oblige à des adaptations) né avec le christianisme, qui a dû gérer le passage d’une utopie à quelque chose d’institutionnel, la différence entre une loi divine et des règles humaines forcément changeantes et nécessairement à dépasser, ce qui génère des dérèglements. Le monachisme au fondement de l’Église comme forme totale serait la matrice des formes de contrôle et d’enfermements.


Axelle Neyrinck

Doctorante à l’EHESS (CEIFR) en Histoire médiévale, doctorante contractuelle LabEx HASTEC. Page personnelle : http://ceifr.ehess.fr/index.php?/membres/les-doctorants-du-ceifr/673-axelle-neyrinck

More Posts

Axelle Neyrinck

Doctorante à l’EHESS (CEIFR) en Histoire médiévale, doctorante contractuelle LabEx HASTEC. Page personnelle : http://ceifr.ehess.fr/index.php?/membres/les-doctorants-du-ceifr/673-axelle-neyrinck

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *