Débuter une recherche en histoire médiévale

Débuter une recherche en histoire médiévale

(document préparé par Marion Pouspin et Sylvain Piron)

La première séance de l’Atelier, mardi 23 octobre 2012,  a notamment été l’occasion de présenter une liste d’adresses, de références et de sites qui permettent de bien débuter une recherche. Les ressources physiques sont parisiennes, puisque ce carnet est d’abord destiné aux étudiants fréquentant le séminaire parisien.

Sur tous les sujets abordés ici, on trouvera des informations complémentaires sur Ménestrel : http://www.menestrel.fr/  qui offre un répertoire thématique et critique de ressource en ligne, et de très nombreuses pistes utiles.

I/ Lieux de la recherche en histoire médiévale

Bibliothèque nationale de France. Inscription payante, avec lettre de votre directeur de recherche (en faisant valoir le besoin de consulter des ouvrages rares ou des manuscrits pour obtenir un accès à la bibliothèque de recherche).

Bibliothèque de l’INHA (continuant la Bibliothèque d’art et d’archéologie Jacques Doucet) dans la salle ovale du site Richelieu de la BnF.

BIUS (Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) : bibliothèque naturelle pour les étudiants de l’EHESS (puisque l’Ecole n’a pas de bibliothèque propre), et de plus spécialisée en histoire médiévale. Fonds important de la réserve. => Utile pour le prêt (5 livres à la fois pour 14 jours) et le prêt inter-bibliothèque (à consulter sur place). Pendant les travaux, la consultation a lieu 4, rue Valette (75005 Paris), au sein des locaux de la Bibliothèque Sainte-Barbe. La communication de certains titres est différée (cela est affiché dans le catalogue informatisé : http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/). 10h-20h (sauf le jeudi : 11h-20h) => possibilité de réserver en ligne des ouvrages (maxi : 10 documents réservables en ligne) ; ces ouvrages demandés sont réservés pendant trois jours en salle de lecture. Attention, la bibliothèque fermera progressivement le prêt, puis ses salles, pour déménager au printemps dans ses locaux rénovés de la Sorbonne. Réouverture prévue en novembre 2013.

Bibliothèque Sainte-Geneviève, 10 place du Panthéon, 75005 Paris. Ouvert de 10h à 22h, consultation sur place. Fonds importants à la réserve.

Bibliothèque Mazarine, 23 quai de Conti, 75006 Paris. Carte d’entrée payante (au choix : 15 journées ou annuelle), mais un laissez-passer d’une journée (gratuit) peut être délivré pour mener une recherche ponctuelle (laissez-passer accordé dans la limite d’une journée par an).

Bibliothèque du GAHOM. 2 rue Vivienne, 75002 PARIS. Fonds important, principalement axé sur les enluminures et les exempla médiévaux. Un fonds important d’enluminures numérisées (consultation sur place, sur RDV. Contact : debert@ehess.fr). Lundi-jeudi : 10-12h et 14-20h. Ouvrages en libre accès ; consultation sur place ; prêt à domicile sous condition.

Bibliothèque Jean-Marie Pesez du Groupe d’archéologie médiévale. 190-198 avenue de France, 75013. Fonds documentaire spécialisé sur l’archéologie et l’iconographie de la culture matérielle, en France et en Italie : des monographies, des périodiques, des travaux universitaires, mais aussi une base de données images sur le thème de l’agriculture médiévale, de l’artisanat, de la vie quotidienne, de l’alimentation, de la santé, de l’hygiène, des animaux, de l’artisanat, de l’enfance, des jeux… (consultation sur place et sur RDV. Contact : patricia.bleton@ehess.fr). Lundi-vendredi, 10h-12h30 et 14-18h.

Bibliothèque de l’IRHT, 40 av. d’Iena, 75016 (M° Iena) – inscription gratuite, ouvert de 9h30 à 17h. Pour la consultation de microfilms de manuscrits (toutes les collections médiévales françaises, sauf BNF, sont ou seront reproduites). Avant de consulter, vérifier la cote du microfilm dans la base Medium, accessible sur le site : http://www.irht.cnrs.fr/ ; beaucoup de ressources sur le site.

Bibliothèque du Saulchoir, 43bis rue de la Glacière 75013 Paris (M° Glacière) – inscription gratuite, consultation sur place, salle d’usuels en accès libre (archives sur RDV). La souscription à la société des amis de la bibliothèque permet d’avoir des tarifs réduits de photocopie. La bibliothèque du Saulchoir est l’ancienne bibliothèque du studium de la province dominicaine de France (créée en 1865). Idéale pour l’histoire de la théologie et de la philosophie.

Bibliothèque Cujas (à côte de Sainte-Geneviève) : pour l’histoire du droit. Les enseignants, y compris moniteurs, ont accès aux magasins, qui valent le déplacement.

Bibliothèque de l’Ecole des Chartes : 19 rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Cette bibliothèque est normalement réservée aux étudiants de l’Ecole, mais les étudiants en master en sciences sociales peuvent néanmoins demander à y avoir accès (moyennant 5,00 €) en justifiant des recherches concernant l’histoire de l’écrit. Et dans ce cas, il faut se pré-inscrire en ligne. Une fois la demande validée, l’étudiant se présente à la banque de prêt de la bibliothèque, avec une photographie et sa demande validée. Une fois sur place, c’est le paradis, puisqu’une très grande partie des collections est en accès direct. Lundi-vendredi : 9h00-19h00, samedi : 9h30-18h00.

Bibliothèque de l’Institut historique allemand, 8, rue du Parc-Royal : il ne faut pas oublier que l’IHA concerne l’histoire de l’Allemagne, mais aussi celle de la France. Lundi-vendredi, 10h-18h (17h le vendredi).

II/ Catalogues de bibliothèque en ligne

Le Catalogue collectif de France : http://ccfr.bnf.fr réunit le catalogue de la BnF (http://catalogue.bnf.fr) et le SUDOC (catalogue collectif des bibliothèques universitaires françaises : http://www.sudoc.abes.fr/ – important pour la fonction « localisation » qui permet de savoir où trouver un ouvrage).

Karlsruher Virtueller Katalog : http://www.ubka.uni-karlsruhe.de/kvk/ permet de faire des recherches simultanées dans les meilleurs catalogues de bibliothèques au monde (essentiel pour retrouver la référence exacte d’un livre rare).

WorlCat. http://www.worldcat.org/ : catalogue global des collections de bibliothèques publiques et privées qui utilisent le Web.

III/ Les bibliothèques électroniques (documents numérisés)

Gallica. http://gallica.bnf.fr/. Gallica est une bibliothèque encyclopédique qui offre accès à tous types de supports : imprimés (monographies, périodiques et presse) en mode image et en mode texte, manuscrits, documents sonores, documents iconographiques, cartes et plans. Elle donne accès aux collections numérisées par la BnF et aux collections de ses partenaires (bibliothèques, centres de recherche…).

Les bibliothèques virtuelles humanistes. http://www.bvh.univ-tours.fr/index.htm. Ce programme donne accès à une sélection de fac-similés d’ouvrages de la Renaissance (en particulier des incunables), de manuscrits et de transcriptions ou analyses de minutes notariales.

Europeana. http://www.europeana.eu/portal/ Ce portait européen est très précieux car il donne accès aux documents (livres, peintures, objets de musée, documents d’archives) numérisés par un grand nombre d’institutions culturelles européennes. Il recoupe donc les numérisations de Gallica, des Bibliothèques Virtuelles Humanistes, des bibliothèques italiennes, allemandes, des bibliothèques municipales françaises, etc.

IV/ Bases de données iconographiques

=> Bases de données iconographiques de la Bibliothèque du GAHOM et de la Bibliothèque Jean-Marie Pesez du Groupe d’archéologie médiévale (à consulter sur place).

« Initiale » (http://initiale.irht.cnrs.fr/decors/decors.php?clickOnglet&imageInd=-1). Ce site fusionne deux bases images : la Base Enluminures (www.enluminures.culture.fr/), qui est la  base de données iconographiques produites par le Min. de la Culture et l’IRHT. Enluminures numérisées par les bibliothèques municipales françaises, et Liber Floridus (http://liberfloridus.cines.fr/)base de données iconographiques du fonds de la bibliothèque Mazarine et de la bibliothèque Sainte-Geneviève.

Mandragore. (mandragore.bnf.fr) Base des manuscrits enluminés de la BnF.

Europeana regia. Base donnant accès aux manuscrits numérisés du Moyen Âge et de la Renaissance faisant partie de grandes bibliothèques royales ou princières (bibliotheca carolina, librairie de Charles V et bibliothèque des rois aragonais de Naples). Contient aussi des manuscrits enluminés des bibliothèques municipales d’Abbeville, Amiens, Besançon, Bourges, Angers, Epernay, Grenoble, Laon, Louviers, Reims, Rouen, Valenciennes.

=> Notons que de nombreuses bibliothèques municipales ont mis en ligne leurs manuscrits numérisés sur leurs propres sites. Ressources en ligne recensées par le Ministère de la Culture (http://www.numerique.culture.fr/pub-fr/index.html).

V/ Les archives

Le portail des Archives de France éclaire sur les conditions d’accès aux dépôts. La rubrique « Archives numérisées et disponibles en ligne » (http://archivesdefrance.culture.gouv.fr/ressources/en-ligne/) donne un accès par type de document. Ce qui peut être intéressant pour les Médiévistes, c’est par exemple l’entrée « Cartulaires, chartes et terriers ».

ARCHIM : http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/accueil.htlm : banque d’images numériques de documents conservés au centre historique des Archives nationales (CHAN) => donne accès aux registres du Trésor des chartes, à la collection de moulages de sceaux de Bourgogne et à de grands documents de l’histoire de France.

Le site Internet des Archives nationales (www.archivesnationales.culture.gouv.fr/) donne accès à des instruments de recherche dans les fonds d’archives : Conseils pour faire une recherche ; Inventaires et répertoires en ligne.

Pour plus de renseignements pratiques, voir l’article de Clara Chevalier, « Premiers pas aux Archives Nationales (CARAN) », disponible sur le carnet Devenir historien-ne Méthodologie de la recherche et historiographie en master Histoire  http://devhist.hypotheses.org/920.

VI/ Revues en ligne 

– en accès libre sur le web :

Persée : www.persee.fr/ une centaine de revues, rétrospectif (collection complètes sauf pour les dernières années) dont Annales, Bibliothèque de l’École des chartes, Mélanges de la casa de Velàzquez, Mélanges de l’Ecole française de Rome, Revue de l’Art, etc.

Revues.org : http://www.revues.org/ plus de 350 revues, surtout françaises, parfois avec délai de restriction pour les derniers numéros ; diffuse notamment Médiévales ; Cahiers de recherches médiévales et humanistes ; e-Spania. Revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales, Clio, Histoire, femmes et sociétés ; Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre ; Oliviana ou Images re-vues.

accès payant sur le web, mais accessible via les postes de travail de l’EHESS, l’ENT ou par la Bibliothèque de la Sorbonne :

JSTOR : collections complètes (sauf dernières années) de plus de 1200 revues, surtout américaines (Speculum, Journal of Economic History, Transactions of the American Philosophical Society, etc), mais pas seulement (Past and present). Attention, l’abonnement de l’EHESS ne couvre pas tous les titres. Pour ceux qui manquent, il faut passer par d’autres accès (dont la bibliothèque de la Sorbonne et la BnF).

Wiley SHS : une quarantaine de revues (dont Economic History Review, Renaissance Studies, etc.)

Cairn : accès aux numéros récents de plus de 300 revues francophones (dont Annales, Le Moyen Age, Revue historique, Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age, etc.).

MUSE : (dont Journal of the History of Ideas, Journal of Medieval and Early Modern Studies)

–  archive ouverte

* HAL-SHS. http://halshs.archives-ouvertes.fr/ L’archive ouverte hal-shs est une sorte de bibliothèque numérique qui diffuse de documents produits par la recherche (articles…) dans les disciplines des SHS. Il s’agit d’un auto-archivage qui permet une meilleure et rapide diffusion de ces documents.

Sur le même principe, Thèses en ligne diffuse les thèses de doctorat et habilitations à diriger des recherches : http://tel.archives-ouvertes.fr

La page d’accueil de l’EHESS donne accès aux dépôts concernant l’Ecole : http://www.ehess.fr/fr/ressources-documentaires/archives-ouvertes-de-lehess/.

VII/ Comment mener une recherche bibliographique

* Un manuel de survie : Jacques Berlioz et al., Identifier sources et citations, Brepols (L’Atelier du médiéviste, 1), 1994. Voir aussi les autres volumes de cette collection :

–       Bompaire M. et Dumas F., Numismatique médiévale, Turnhout, Brepols, 2000.

–       Favreau, R., Épigraphie médiévale, Turnhout : Brepols, 1997 (Atelier du médiéviste, 5) [La « bible » de l’épigraphiste médiéviste, avec de nombreuses indications bibliographiques]

–       Fossier R., Sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge occidental, Turnhout, Brepols, 1999.

–       Guyotjeannin O., Pycke J. et Tock B.-M., Diplomatique médiévale, Turnhout, Brepols, 1993.

On peut aussi ajouter l’ouvrage de J. Dubois et J.-L. Lemaitre, Sources et méthodes de l’hagiographie médiévale, Paris, Cerf, 1993.

* Pour une recherche thématique : commencer par la Typologie des sources du Moyen Age occidental, dir. Léon Génicot, Brepols, de 1972 à 2003 => 86 petits fascicules couvrant presque tous les types de sources.

Bibliographies annuelles

Bibliographie de civilisation médiévale (= supplément bibliographique des Cahiers de civilisation médiévale) et International Medieval Bibliography : deux bibliographies annuelles complémentaires (l’une recense les livres, l’autres les articles), interrogeables ensemble sur le site de l’éditeur Brepols. Utile pour un premier dépouillement, mais pas exhaustif.

Medioevo Latino. Bolletino bibliografico della cultura europea da Boezio a Erasmo (secoli VI-XV), publié par la SISMEL à Florence. Depuis 1980, son champ s’est progressivement accru, et les volumes deviennent de plus en plus lourd. Utile notamment pour relever les comptes-rendus d’ouvrages. La qualité des notices résumant les articles est très inégale.

Bibliographie annuelle du Moyen Age tardif (BAMAT), produit par l’IRHT. Initialement conçu pour compléter Medioevo latino, se concentre sur les auteurs, textes et manuscrits latins de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe. Les notices sont très précises et détaillées (cf. http://aedilis.irht.cnrs.fr/manuscrit/bamat.htm).

Autres bases de données:

RI-OPAC : http://opac.regesta-imperii.de : L’Académie des sciences de Mayence, en marge du projet Regesta Imperii, produit une excellente base de données bibliographique, non classée, mais facilement interrogeable. A consulter en priorité, en interrogeant par auteur ou mot du titre.

Bibliographie de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP), alimentée (inégalement) par les chercheurs eux-mêmes, et bien indexée par mots-clés : sid.ish-lyon.cnrs.fr/bibliopera-shmesp/

Archives de littérature du Moyen Age : http://www.arlima.net : bibliographies des œuvres et études sur la littérature française médiévale ; entreprise collective bénévole (avec des lacunes), coordonnée depuis Ottawa.

Pour un auteur ou un texte :

pour un premier repérage dans August Potthast, Repertorium fontium Medii Aevi, Rome, 1962-1990 (s’arrête à la lettre K) (accès libre à la BnF, salle Z) : constitue la refonte de A. Potthast, Bibliotheca historica medii aevi, Berlin, 1896. L’entreprise est maintenant reprise à la base : Compendium auctorum latinorum medii aevi (CALMA) dir. M. Lapidge, C. Leonardi, Garfagnini, SISMEL, depuis 2000, jusqu’à F.

plus restreints mais complets :  R. Schönberger, B. Kible, Repertorium edierter Texte des Mittelalters aus dem Bereich der Philosophie und angrenzender Gebiete, Berlin : Akademie Verlag, 1994.

P. Schulthess, R. Imbach, Die Philosophie im lateinischen Mittelalter : ein Handbuch mit einem bio-bibliographischen Repertorium, Zürich-Düsseldorf : Artemis & Winkler, 1996.

Pour un incunable ou post-incunable :

– les catalogues imprimés (en libre accès à la réserve des livres rares de la BnF (salle Y), ainsi qu’à la réserve de la BSG).

Pierre Aquilon, Bibliographie normande. Bibliographie des ouvrages imprimés à Caen et à Rouen au seizième siècle, Baden-Baden, Koerner, 1980-1990, 3 vol.

Guy Bechtel, Catalogue des gothiques français : 1476-1560, Paris, Giraud-Badin, 2010 (2e éd. corrigée et augmentée). Précieux, mais des erreurs d’identification et de localisation dans les fonds de bibliothèques.

Bibliothèque nationale de France, Catalogue des incunables, Paris, Bibliothèque nationale, 1981-2006, 7 vol.

Bibliothèque impériale, Catalogue de l’histoire de France, Paris, Firmin-Didot, 1855-1932, 12 vol.

Catalogue of Books printed in the XVth century now in the British Museum. Part VIII, France, French speaking countries, Switzerland, Londres, Longmans, 1949 (réimpr. avec corrections, Londres, The Trustees of the British Museum, 1963).

Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, Bordeaux, Société des bibliophiles de Guyenne, puis Paris, Aux amateurs de livres, puis Paris, Klincksieck, puis Genève, Droz, 1979-2012, 18 vol.

Chantilly. Cabinet des livres imprimés antérieurs au milieu du XVIe siècle, Paris, Plon, 1905.

Jacques Megret et Louis Desgraves, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle. 20e livraison, 151. Toulouse, Baden-Baden, Koerner, 1975.

Émile Picot, Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. le Baron James de Rothschild, Paris, D. Morgand, 1884-1920, 5 vol.

Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIe siècle, Baden-Baden, Heitz, 1968-1980, 8 vol.

Short-Title Catalogue of Books printed in France and of french Books printed in other Countries from 1470 to 1600 now in the British Museum, Londres, British library, 1924 (réimpr. Londres, British Library, 1966). Supplément, Londres, British Library, 1986 ; Addenda, Londres, British library, 1990.

catalogues informatisés : ISTC ; Gesamtkatalog ; USTCwww.ustc.ac.uk.

Un recensement des éditions italiennes du XVIe siècle : http://edit16.iccu.sbn.it/web_iccu

VIII/ Dictionnaires et encyclopédies sur le Moyen Âge

* Lexikon des Mittelalters, Munich, Zurich, Artemis, depuis 1977 ; 9 vol. (accessible à la Bibliothèque de la Sorbonne). Existe en version électronique (disponible via les postes de travail de l’EHESS et de la Bibliothèque de la Sorbonne).

Dictionnaire du Moyen Âge, C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink (dir.), PUF, 2002 (notices courtes, inégales, quelques très bonnes synthèses).

Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge chrétien, A. Vauchez (dir.), 2 vol., Paris, Éd. du Cerf, 1996.

Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, J. Le Goff, J.-C. Schmitt (dir.), Paris, Fayard, 1998 (gros articles de synthèse).

Dix mille saints. Dictionnaire hagiographique, Belgique, Turnhout, Brepols, 1991.

Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, Paris, Letouzey et Ané, depuis 1912, arrive à la lettre L. Contient des notices sur les personnages et les établissements ecclésiastiques.

Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, Beauchesne, 1932-1994, 16 vols., plus large d’esprit que ce que le titre laisse penser.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *