Séance du 22 janvier 2013 sur le Folklore médiéval

Séance du mardi 22 janvier 2013, Atelier des médiévistes : Ce mardi 22 janvier nous aurons le plaisir d’écouter Jacques Berlioz (GAHOM, EHESS) et Claude Lecouteux  (Université de Paris IV-Sorbonne) autour du Folklore médiéval.

Ci-dessous,  la référence d’un article suggéré par Claude Lecouteux en écho à sa communication ainsi que le texte que Jacques Berlioz nous proposera comme étude de cas.

(comme de coutume, les inscrits à l’Atelier recevront l’ articles en fichier .pdf)

Claude Lecouteux, « Les études mytho-folkloriques », in Perspectives médiévales, trente ans de recherches en langues et en littératures médiévales, textes réunis par J.-R. Valette, 2005, p. 285-302.

 J. Berlioz, 22 janvier 2013

 Egbert de Liège , Fecunda ratis, II, vers 472-485

 De puella a lupellis seruata.

Quod refero, mecum pagenses dicere norunt,           472

Et non tam mirum quam ualde est credere uerum:

Quidam suscepit sacro de fonte puellam,

Cui dedit et tunicam rubicundo uelle textam.           475

Quinquagesima sancta fuit babtismatis huius;  ([i])

Sole sub exorto quinquennis facta puella

Progreditur uagabunda sui inmemor atque pericli,

Quam lupus inuadens siluestria lustra petiuit

Et catulis predam tulit atque reliquit edendam.        480

Qui simul agressi, cum iam lacerare nequirent,

Ceperunt mulcere caput feritate remota.

‘Hanc tunicam, mures, nolite’, infantula dixit,

‘Scindere, quam dedit excipiens de fonte patrinus!’

Mitigat inmites animos deus, auctor eorum. ([ii])        485

 

Traduction. La Petite Fille épargnée par les louveteaux

 

Ce que je rapporte, les paysans savent le dire avec moi,

Et il faut moins s’en étonner que le croire fermement vrai.

Quelqu’un tint une petite fille sur les fonts baptismaux

Et lui donna une robe tissée de laine rouge.

Ce baptême eut lieu à la Pentecôte.

Au lever du soleil, l’enfant, âgée de cinq ans,

Marche et vagabonde, sans se soucier d’elle-même et du danger.

Un loup s’en saisit, gagna la forêt sauvage et profonde,

L’apporta comme gibier à ses petits et la leur laissa à manger.

Ils se précipitèrent sur elle, mais, ne parvenant pas à la mettre en pièces,

Se mirent à lui caresser la tête, loin de toute sauvagerie.

« Je vous défends, petites souris, dit la jeune enfant, de déchirer cette robe

Que m’a donnée parrain à mon baptême! »

Dieu, qui est leur auteur, apaise les esprits sauvages.

 

structure du poème

 

1. Mention de la source (vers 472-473)

2. Baptême et don de la robe par le parrain (v. 474-475)

3. Rapt de l’enfant par le loup (v. 476-479)

4. Échec des louveteaux pour la manger (v. 480-481-484)

5. Conclusion morale.

 



[i] E. Voigt rattache ce vers au suivant, en le séparant nettement de ce qui précède. Il nous a semblé qu’était là précisé le jour du baptême de la petite fille, la Pentecôte, et que par conséquent il convenait de modifier la ponctuation proposée par E. Voigt : nous avons donc remplacé la virgule par un point-virgule.

 

[ii] II, vers 472-485 (Fecunda ratis : Egberts von Lüttich Fecunda ratis zum ersten mal herausgegeben auf ihre Quellen zurückgeführt und erklärt von Ernst Voigt, Halle a. S., Max Niermeyer, 1889, p. 232-233 [ponctuation revue par J. B.]. Cf. – « Un Petit chaperon rouge médiéval ? ‘La petite fille épargnée par les loups’ dans la Fecunda ratis d’Egbert de Liège (début du XIe siècle) », dans Merveilles et contes, Boulder, Colorado, vol. V, n° 2, December 1991, p. 246-263.

Traduction anglaise, « A Medieval ‘Little Red Riding Hood’, ‘The Little Girl Spared by the Wolwes’in the Fecunda ratis of Egbert of Liège (early 11th Century) », dans Medieval Folklore, New York, 3, 1994 [paru en 1995], p. 39-66.


Francesca Aceto

Doctorante GAHOM, EHESS

More Posts

Francesca Aceto

Doctorante GAHOM, EHESS

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *