Les règles de l’imagination historique

Séance du mardi 5 novembre 2013
Tout travail de recherche historique implique nécessairement un recours à l’imagination. Il ne s’agit pas là d’une faille du raisonnement historique mais d’un instrument qui lui est indispensable et sur lequel il est utile de réfléchir. Pour cela, il faut dépasser le sens trivial d’une « imagination » opposée à la réalité, pour revenir au sens aristotélicien de la « fantasia », comme faculté de l’esprit humain à produire des représentations, à penser par images. L’historien, dans son effort de compréhension du passé, est sans cesse confronté à des représentations, préalables ou guidant son travail . Si la connaissance des époques révolues ne peut se fonder que sur une critique des documents, ce travail ne s’effectue pas sans certaines représentations, qui doivent elles-mêmes être soumises à la critique. L’effort de compréhension historique est ainsi pris dans une tension, ou plutôt des allers-retours entre critique et imagination.
La séance prendra la forme d’un exposé initial, destiné à ouvrir un débat entre les participants à la séance. On prendra appui, et on critiquera également, un article conçu comme exercice d’imagination historique : « Le poète et le théologien. Une rencontre dans le studium de Santa Croce », Picenum Seraphicum, 19, 2000, p. 87-134 :  http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003880
On pourra lire également, Nikolay Koposov, De l’imagination historique, Ed. de l’EHESS, 2009.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *