La question de l’union des Églises

Mardi 19 novembre, 19h-21h.

Séance animée par Camille Rouxpetel, présentée par Jean-Dominique Delle Luche

Le concile de Chalcédoine (451) entraine une rupture durable au sein de la chrétienté entre les Églises acceptant ses conclusions sur la nature du Christ et les Églises les refusant. À cette première division s’en ajoute une seconde, séparant progressivement les deux Églises chalcédoniennes, grecque et latine. C’est pour remédier à ces schismes que se réunissent les deux conciles d’union de Lyon II (1274) et de Ferrare-Florence (1438-39), dans des situations différentes, alliant réforme de l’Église et préparation d’une nouvelle croisade à la volonté d’union pour le premier et alliant réflexion sur la voie conciliaire dans le cadre du Grand Schisme d’Occident à l’idée d’union pour le second.

En faisant resurgir l’incapacité des Églises à se réunir, le thème de l’union est longtemps apparu comme une question douloureuse. L’étude des enjeux de l’historiographie de l’union des Églises permet de s’interroger sur les liens unissant la définition de l’approche problématique, la détermination de l’objet d’étude et le choix du corpus. Partant de cette question bien trop large pour être embrassée au cours d’un seul séminaire, nous nous concentrerons ensuite sur l’étude ponctuelle et croisée des Dialogi d’Anselme de Havelberg et de l’Opusculum tripartitum d’Humbert de Romans, deux sources à la fois proches et à la marge de l’ecclésiologie conciliaire de l’union.

« Y a-t-il eu un œcuménisme au xiiie siècle ? », Giuseppe Alberigo introduit ainsi sa contribution au colloque 1274 Année charnière. Mutations et continuités[1]. L’adjectif œcumenicus est peu utilisé au Moyen Âge et le substantif correspondant est inconnu. Il est le plus souvent utilisé dans un contexte patristique pour qualifier synodum, concilium et patriarcha, en renvoyant aux premiers conciles œcuméniques et à la pentarchie[2]. Si œcuménisme il y a, la rupture introduite par les croisades, notamment la quatrième, l’exclut du champ de l’ecclésiologie pour lui préférer l’idée d’uniformisation. Il est toutefois possible de discerner dans les écrits de théologiens se confrontant concrètement à la question de l’Union des Églises – Anselme de Havelberg pour le xiie siècle et Humbert de Romans pour le xiiie siècle – l’idée d’une tolérance rituelle fondée sur une analyse pragmatique de la situation et la définition d’une stratégie visant à l’efficacité, mais aussi sur une réflexion historique et historienne sur la chrétienté, envisagée dans sa profondeur temporelle et sa diversité.

Bibliographie de base

Anseme de Havelberg,

Dialogues. Livre 1, Renouveau dans l’Église, Paris, Les Éditions du Cerf, « Sources chrétiennes 18 », 1966 ; Dialogi, dans J.-P. Migne (éd.), Patrologiæ cursus completus … patres ecclesiæ latinæ, Paris, 1844-1864, t. 188, col. 1159-1248.

Humbert de Romans, Opusculum Tripartitum, dans E. Brown (éd.), Fasciculus rerum expetendarum et fugiendarum, proot ab Orthuino Gratio,… editus Coloniae anno MDXXXV in Concilii tunc indicendi usum et admonitionem. Ab innumeris mendis repurgatus… una cum appendice sive Tomo II scriptorum veterum… qui Ecclesiae Romanae errores et abusus detagunt et damnant… opera et studio Edwardi Brown, 1690.

1274, année charnière : mutations et continuités, Paris, Éd. du CNRS, « Colloques internationaux du Centre national de la recherche scientifique 558 », 1977.

G. Alberigo, « L’œcuménisme au Moyen Âge », dans 1274 Année charnière. Mutations et continuités, Paris, 1977, p. 319-339.

G. Alberigo (dir.), Christian unity : the council of Ferrara-Florence, 1438/39 – 1989, Leuven, University press, « Bibliotheca Ephemeridum theologicarum lovaniensium 97 », 1991.

M.-H. Blanchet, « La question de l’union des Églises (13e-15e siècle) : historiographie et perspectives », Revue des études byzantines, vol. 61 (2003), p. 5-48.

M.-H. Blanchet, F. Gabriel (éd.), Réduire le schisme ? Ecclésiologies et politiques de l’Union entre Orient et Occident (xiiiexviiie siècles), Paris, 2013.


[1] G. Alberigo, « L’œcuménisme au Moyen Âge », dans 1274 Année charnière. Mutations et continuités, Paris, 1977, p. 319-339, ici p. 319.

[2] A. Tuilier, « Le sens de l’adjectif οικονομικóς dans la tradition patristique et dans la tradition byzantine », Studia Patristica, 7, Berlin, 1966, p. 413-426.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *