16 mai 2017 -Thomas Golsenne : « Carlo Crivelli et le matérialisme mystique du Quattrocento

L’atelier aura le plaisir d’accueillir, le 16 mai prochain, Thomas Golsenne qui nous présentera une communication intitulée : Carlo Crivelli et le matérialisme mystique du Quattrocento.

« Carlo Crivelli (v. 1435- v. 1495) est un peintre vénitien, marginal et virtuose, au style puissant, étrange et inclassable, qui a longtemps suscité l’embarras des historiens de l’art. Sa peinture déjoue en effet les oppositions traditionnelles qui structurent la grille d’appréciation des artistes de cette époque : elle est à la fois du Moyen Âge et de la Renaissance, d’avant et d’arrière-garde, sacrée et profane, chrétienne et païenne.

Ayant presque toujours vécu dans la Marche d’Ancône, une région loin des grands centres culturels comme Florence, Rome ou Venise, Crivelli est au courant de toutes les innovations de son temps, et va plus loin que la plupart de ses contemporains dans l’expérimentation picturale. Ce livre entend lui rendre la place qu’il mérite dans l’histoire de l’art du Quattrocento. Une place singulière à n’en pas douter, et de premier plan assurément.

Mais pour lui rendre cette justice, il ne suffit pas d’étudier son œuvre en détail. C’est toute l’histoire de son temps qu’il faut revisiter. Il ne sera pas question, ici, de la rupture mille fois rebattue entre Moyen Âge et Renaissance, entre la spiritualité chrétienne et la philosophie humaniste, l’image dévotionnelle et l’art profane. C’est un autre Quattrocento que ce livre décrit : une époque où le Moyen Âge se paganise, où la spiritualité s’exprime par le luxe, le divin se manifeste de manière sensible, la peinture fait l’objet d’un culte, les saints, les artistes et les guerriers rivalisent de charisme. Le matérialisme mystique est la formule historique, culturelle et anthropologique qui décrit tous ces phénomènes et permet de comprendre comment la peinture de Carlo Crivelli est possible ». (Thomas Golsenne)

Thomas Golsenne est historien et théoricien des arts visuels, ancien pensionnaire à la Villa Médicis, Académie de France à Rome, et actuellement professeur à la Villa Arson, école nationale supérieure d’art de Nice. Thomas Golsenne a écrit sa thèse sur Carlo Crivelli et l’ornementalité au Quattrocento. Il a notamment co-publié une nouvelle traduction en français du De Pictura de Leon Battista Alberti (Paris, Seuil, 2004), co-dirigé Adam et l’astragale. Essais d’anthropologie et d’histoire sur les limites de l’humain (Paris, Éd. de la MSH, 2009) et La performance des images (Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2010), a publié divers articles sur l’ornementalité à la Renaissance ou dans l’art contemporain, sur l’anthropologie des images, les formes occidentales de l’animisme ou sur la théorie de l’art. Il a organisé deux expositions, dont Bricologie. La souris et le perroquet (avec Burkard Blümlein et Sarah Tritz) sur les techniques des artistes contemporains (Centre National d’Art Contemporain de la Villa Arson, février-août 2015) et coordonné plusieurs colloques. Il dirige l’Unité de Recherche Bricologie à la Villa Arson. Il a dernièrement publié Pascal Pinaud. Serial Painter (Genève, 2014) et Carlo Crivelli et le matérialisme mystique du Quattrocento (Rennes, 2017).


Francesca Aceto

Doctorante GAHOM, EHESS

More Posts

Francesca Aceto

Doctorante GAHOM, EHESS

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *