Parution de la traduction française des Sentences de Pierre Lombard (1er tome)

Il y a deux mois de cela, est paru aux éditions du Cerf, dans la collection « Sagesses chrétiennes », le 1er tome de la traduction française des quatre livres des Sentences de Pierre Lombard. Œuvre majeure, et il en est, pour ceux qui s’intéressent à l’histoire culturelle et religieuse à partir du XIIe siècle : suite au conseil de Latran IV, elle constitue un étalon des connaissances doctrinales et patristiques et le manuel de base pour les étudiants en théologie jusqu’aux XIVe-XVe siècles. Le commentaire des Sentences forme alors un exercice universitaire obligatoire, pour les maîtres puis pour les étudiants. La circulation de ces textes est, en conséquence, massive, que l’on considère l’œuvre en soi ou la production de ses commentaires. Comme objet d’étude ou texte de référence, ils forment donc un matériel imposant – et difficilement contournable – pour l’historien des XIIe-XIVe siècles.

L’introduction retrace brièvement le parcours de l’auteur puis celui de l’œuvre, jusqu’à la fin du Moyen Âge. Un court chapitre sur le style, un autre sur la doctrine, complètent ce panorama. Car il s’agit bien là d’une première approche, honnête et bien structurée, d’une simplicité positive mais qui n’apporte rien au spécialiste du sujet – là n’est pas le propos de Marc Ozilou ; cette entreprise de traduction ne s’adresse pas au médiéviste chevronné sur ces questions, pour des raisons évidentes. Les deux Peter Lombard, celui de Philippe W. Rosemann (2004) et, plus encore, celui de Marcia L. Colish (1994), qui délivre une bonne approche thématique, complèteront utilement ces quelques pages. En l’absence de bibliographie réelle, l’introduction de ce premier tome ainsi que la courte notification de quelques travaux et discours sur le sujet (intitulé « index complémentaire »), présentent toutefois le mérite de se faire le relais de quelques unes des dernières références de travaux sur le sujet, particulièrement ceux de Claire Angotti – sa thèse, soutenue en 2008, porte sur les commentaires des Sentences, du XIIIe au XVe siècle, comme canal d’analyse de la formation des étudiants à l’Université de la Sorbonne.

S’ensuit la traduction du prologue, de l’index et du premier livre des Sentences. Elle se fonde sur l’édition de l’œuvre de Pierre Lombard de Grottaferrata (Rome), publiée entre 1971 et 1981. Cette traduction reproduit donc le texte du Lombard, dans sa version augmentée de 1158, mais aussi les stratifications de l’œuvre, telle la division par distinctions faite par Alexandre de Halès, qui établit entre 1220 et 1227 une glose des quatre livres. Les critères graphiques sont les mêmes, ce qui facilite le passage de la version originale, latine, à sa traduction. Les citations et emprunts bibliques et patristiques sont bien mis en valeur. L’auteur en revanche ne souffle mot de la traduction anglaise de Giulio Silano, achevée en 2010 avec la parution du dernier tome (Pontifical Institute of Mediaeval Studies). Plus généralement, on ne trouvera pas dans les pièces liminaires de cet ouvrage, de commentaires sur des difficultés et des choix de traduction.

En fin de volume, la présence de deux index, des citations bibliques d’une part, des auteurs anciens et médiévaux d’autre part, est remarquable et fort utile. Il n’était pas besoin en effet d’ajouter un index des matières ; outre l’organisation même de l’œuvre par l’auteur, la consultation, de préférence en ligne, de l’édition des Sentences dans la Patrologie latine suffit à tout lecteur désireux d’effecteur un repérage thématique ou lexical.

La force de ce premier opus réside, en somme, dans une nouvelle accessibilité de cette œuvre, en particulier pour les non (ou peu) latinistes francophones. C’est déjà beaucoup.


Amélie de las Heras

Docteure de l’EHESS depuis 2013 (Généalogie d’une œuvre à (in)succès. Lectures et écritures de la Veteris ac Novi Testamenti Concordia dans la collégiale de Saint Isidore de León (1148 1240), sous la direction d’Alain Boureau), actuellement pensionnaire de la Fondation Thiers (C.N.R.S. / I.R.H.T.), je contribue à l’animation de l’Atelier des Médiévistes depuis 2008. Mes travaux portent sur la culture biblique dans la péninsule Ibérique chrétienne au Moyen Âge.

More Posts

Amélie de las Heras

Docteure de l’EHESS depuis 2013 (Généalogie d’une œuvre à (in)succès. Lectures et écritures de la Veteris ac Novi Testamenti Concordia dans la collégiale de Saint Isidore de León (1148 1240), sous la direction d’Alain Boureau), actuellement pensionnaire de la Fondation Thiers (C.N.R.S. / I.R.H.T.), je contribue à l’animation de l’Atelier des Médiévistes depuis 2008. Mes travaux portent sur la culture biblique dans la péninsule Ibérique chrétienne au Moyen Âge.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *